lundi 19 novembre 2018

La maternité misérabiliste, le féminisme victimaire, et moi.

Mater Dolorosa.




Hier j'ai publié un post sur Instagram, qui a soulevé beaucoup de commentaires.
Je souhaitais donc poser ma pensée un peu plus à plat ici, pour qu'elle reste, et que vos commentaires, très intéressants, puissent être plus facilement partagés.

J'y partageais la BD d'Emma sur sa description de la "réalité de l'accouchement (et ses suites)".


la BD entière est disponible ici 


Je me suis exprimée hier pour apporter un point de vue différent. Je sais qu'Emma est une dessinatrice célèbre, connue notamment pour avoir développé le concept fameux de "charge mentale"... mais, sans critiquer son travail en tant que tel, je me sens assez éloignée de ses idées, de sa façon de voir le féminisme.

Pour tout dire, je trouve son témoignage terrible... non pas parce qu'il décrirait quelque chose qui n'existe pas (chacune de ses vignettes décrit en effet des situations partagées, je crois, par toutes les jeunes mamans, a fortiori pour la naissance de leur premier enfant), mais parce qu'il est orienté sur le négatif uniquement, en occultant tout un pan de la grossesse, de l'accouchement et de la maternité, ressenti par beaucoup de femmes aussi: l'aspect POSITIF.

Je ne juge donc pas le témoignage personnel d'Emma, puisque c'est le sien et que je le comprends. J'apporte plutôt ma nuance, mon point de vue, lui aussi basé sur mon expérience personnelle... notamment parce que je crois que ces témoignages négatifs sur la grossesse, qui sont de plus en plus répandus, sur internet notamment, certes libèrent la parole et donnent à voir une réalité qui était certainement tue trop longtemps... mais ont, paradoxalement, un effet pervers: ils deviennent, pour les futures mères, qui peuvent les prendre pour l'unique réalité, carrément anxiogènes.